Les lieux ressource, au service de tous les projets musicaux

Présents sur tout le territoire, les lieux ressource proposent conseil et accompagnement aux porteurs de projet dans le secteur musical. Passages quasi obligés vers le professionnalisme, ils sont de véritables boîtes à outils, accompagnant à chaque instant la carrière des amateurs comme des professionnels.

Souvent rattachés à des lieux de diffusion, les centres de ressources sont des lieux ouverts à toutes celles et ceux qui souhaitent obtenir conseil et information pour démarrer, développer, professionnaliser ou pérenniser un projet dans le secteur musical. Maîtrisant les réalités et les spécificités du secteur, les chargés d’information-ressource ajoutent à cela une connaissance fine de leur territoire et de ses acteurs. Au niveau national, l’Irma, le centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles, assure cette fonction d’accompagnement sectoriel. Agissant dans un cadre d’intérêt général, c’est, selon son directeur Gilles Castagnac, « un outil structurant facilitant la mise en relation et la circulation de l’information ». Que l’on soit professionnel ou amateur, les lieux ressources sont des boîtes à outils dont chacun peut se saisir pour développer son projet.

Apprendre à pêcher

Les lieux ressource partagent une philosophie que l’on pourrait résumer par le fameux proverbe attribué au sage Confucius : Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson. « Certains demandeurs viennent nous voir en pensant que nous allons faire à leur place », précise ainsi Jérémy Galliot, de Hiero Limoges. Le premier travail des chargés d’information-ressource, c’est d’écouter et de comprendre la demande. Pour cela, ils vont sonder les demandeurs pour analyser l’ensemble du projet, et les amener à élargir leur vision. Et bien souvent, la question initiale n’est pas forcément celle qui correspond aux besoins réels. Pour Gaël Cordon, du Jardin moderne à Rennes, « la ressource, c’est évidemment répondre aux questions, mais aussi en générer de nouvelles ».

Jérémy Galliot détaille ainsi : « un musicien vient d’enregistrer un disque, et il souhaiterait commencer à se développer. (…) En discutant, très souvent, on se rend compte que la demande n’est pas de trouver une maison de disques, mais de « sortir » son disque. Là, on peut fournir un budget type sur une production, des contacts chez différentes entreprises de pressage, de mastering, des contacts de graphistes sur la région qui pourraient faire des jaquettes, mais aussi le détail des aides financières auxquels le porteur peut prétendre. En plus de cela, nous l’informerons précisément sur le cadre réglementaire, comme les droits d’auteur, les droits de reproduction mécanique, etc. »

Des lieux ouverts à tous

Les demandes, et donc les réponses apportées, sont très variées. Qu’il s’agisse d’artistes cherchant des dates de concert, des personnes souhaitant organiser un festival ou monter un label, ou de professionnels s’interrogeant sur un point précis de législation, les lieux ressource sont sollicités pour tout types de demandes concernant la musique, mais aussi plus largement le spectacle vivant. « La plupart du temps, il s’agit de questions relatives à la législation, du spectacle ou du disque, mais aussi sur la protection des œuvres, sur l’opportunité d’adhérer à une société civile. Nous sommes également beaucoup sollicités sur tout ce qui touche à la structuration », précise ainsi Gaël  Cordon.
De même, les demandes de mise en relation ou de découverte des acteurs de la filière musicale sont récurrentes. Le conseil peut même aller jusqu’à la réflexion sur la stratégie à adopter pour développer son projet, ou sur les outils à mobiliser pour communiquer efficacement. Encore une fois, c’est l’expertise des chargés d’information-ressource qui permet de reformuler les demandes, pour les traduire en besoins réels. « On réfléchira aussi plus globalement sur la stratégie : faut-il le sortir dès réception de l’usine, ou commencer pendant trois mois par faire des concerts, de la promo, pour créer un « buzz », une demande », précise ainsi Jérémy Galliot, à propos de la sortie d’un disque.

Premier sas vers le professionnalisme et services aux professionnels

Les lieux ressource sont généralement les premiers interlocuteurs des porteurs de projets. Beaucoup sont également centres de formation, et la plupart participent activement, quand ils n’en sont  pas les initiateurs, aux dispositifs de repérage et d’accompagnement des artistes en démarrage. Pour Jérémy Galliot, « le lieu ressource est effectivement le premier sas vers le professionnalisme. Faire preuve de professionnalisme est nécessaire pour devenir professionnel, mais cela ensuite dépend d’une multitude de facteurs, et nous n’avons pas de recette miracle. Nous ne pouvons que montrer le chemin ».

Leur travail ne s’arrête d’ailleurs pas aux portes de la professionnalisation. Ainsi, pour Gilles Castagnac, l’Irma, « au service de la communauté des acteurs de la musique » essaye, comme tous les lieux ressource, de « répondre à leurs besoins pour leur permettre de gagner du temps ou de la compétence (…) C’est un recours de parcours, avec de multiples entrées, et, généralement, sur la durée ».

Liens utiles :

Découvrir l’Irma : http://www.irma.asso.fr

Découvrir les lieux ressource en France :

http://www.irma.asso.fr/-Les-correspondants-

http://reseauressource.info/site/adherents/

< Retour aux conseils pratiques