Bureau Export : interview

« Une demande doit être inscrite dans une stratégie de développement »

Aude Tillette, chargée de mission au Bureau export donne quelques conseils aux porteurs de projets intéressés par des aides à l’export,et explique les erreurs à ne pas ommettre dans le remplissage des dossiers.

– Qui peut solliciter des aides auprès du Bureau Export ?
Le porteur du projet doit faire partie de l’entourage professionnel de l’artiste pour lequel un développement à l’international est une priorité. Les professionnels français nous sollicitent pour des actions de promotion et de prospection à l’étranger, visant au développement d’un artiste produit ou édité en France. Les commissions soutiennent également les projets numériques dans le cadre d’une stratégie à l’international ainsi que les tournées à l’étranger.

– A quel moment d’une carrière peut-on solliciter des aides ?
L’artiste, objet de la demande, doit être en phase de développement sur un ou plusieurs territoires à l’international, et doit justifier d’un entourage professionnel (label, éditeur, producteur de spectacles et/ou manageur) établi afin de mutualiser les prises de risques. En effet, le demandeur apporte 50% du budget pour lequel il nous sollicite.

– Selon vous, qu’est-ce qui définit un bon dossier ? Quels conseils donneriez-vous à un porteur de projet ?
Un bon dossier est avant tout un dossier qui expose clairement plusieurs points. Les motivations du projet doivent être à la fois pertinentes et cohérentes. Un objectif visant une double dynamique développement phonographique et live est un plus. La stratégie et les moyens mis en place par le demandeur et ses partenaires (historique export, objectifs de ventes, plan promo et marketing, investissements…) doivent également être détaillés. Evidemment, il doit y avoir une cohérence entre les moyens mis en place et l’économie du projet. Les objectifs à atteindre, en termes de retombées financières (ventes, synchronisation, etc.) et non-financières (diffusion médiatique, projets à venir, etc.) doivent être établis le plus précisément possible. Enfin, le projet doit être basé sur un budget clair, détaillé et réaliste, dans le but de démontrer qu’une aide est nécessaire par rapport à l’effort fourni par l’ensemble des partenaires. Un conseil : s’assurer de pouvoir fournir tous les éléments demandés (cf règlements des commissions), ce qui sous-entend que la conduite du projet est suffisamment avancée et confirmée pour le permettre.

– Quelles sont les erreurs à ne pas commettre dans le remplissage d’un dossier ?Une demande ne doit pas donner l’impression d’être un événement isolé. Elle doit êtreinscrite dans une stratégie de développement à court, voire à moyen terme, permettant de poser ou consolider des jalons sur un territoire. Ne pas gonfler un budget au risque de voir la subvention diminuée. Il est naturellement primordial de s’assurer de l’éligibilité du projet présenté. Enfin, il faut veiller à ne pas être hors sujet. Par exemple, un communiqué de presse France n’est pas un argumentaire export.

Le Bureau Export :
Depuis 1993, le Bureau Export est une association qui accompagne activement la filière musicale française dans le développement de ses artistes à l’international, dans le domaine des musiques actuelles et des musiques classiques.

< Retour aux conseils pratiques